skip to Main Content

COMMENT ISOLER LES COMBLES AMÉNAGEABLES ?

Les combles aménageables sont les espaces qui séparent le dernier plancher d’un bâtiment de sa toiture. Contrairement aux combles perdus, ces espaces sont habitables. Il est possible d’y aménager une chambre ou toute autre pièce.

L’isolation des combles aménageables doit donc non seulement permettre de préserver l’espace habitable, mais aussi garantir le confort en toutes circonstances. C’est la raison pour laquelle ces travaux d’isolation requièrent une approche particulière et différente de l’isolation de combles perdus.

Pour rappel, les combles sont directement situés sous la toiture. Leurs parois sont en contact direct avec l’extérieur. Sans isolation, les combles aménageables seront trop chaud en été et trop froids en hiver. Comment isoler les combles quand elles sont aménageables ?

Combien coûte l’isolation des combles aménageables ?

Pour une bonne isolation des combles aménageables, il faut compter entre 50 et 80 euros par mètre carré. Ce prix peut sembler dissuasif. Toutefois, grâce aux économies d’énergie réalisées, votre investissement sera rapidement rentabilisé. En effet, l’isolation des combles aménageables peut vous permettre de réduire votre facture énergétique à hauteur de 30% !

Précisons, par ailleurs, que vous pouvez profiter d’un crédit d’impôt de 30% pour vos travaux d’isolation des combles aménageables. Il est toutefois nécessaire de remplir certains critères. Votre isolation devra notamment vous permettre d’atteindre un objectif de résistance thermique de 6 m².K/W au minimum.

Les critères importants pour l'isolation des combles aménageables ?

Pour choisir la méthode et le matériau idéal pour l’isolation de vos combles aménageables, plusieurs critères doivent être pris en compte. Examinez tout d’abord les dimensions de la surface à isoler. Prenez aussi en compte les éventuelles contraintes de la pièce : poutres, escaliers… Ces obstacles peuvent vous empêcher de poser le matériau isolant.

Vérifiez aussi si la pièce n’est pas affectée par un problème d’humidité. Si tel est le cas, vous devrez régler ce problème avant d’entamer les travaux. Songez aussi au système de ventilation que vous comptez mettre en place, car celui-ci doit être compatible avec les matériaux et la méthode d’isolation choisis.

Si vous n’êtes pas sûr de vous, il est préférable de faire appel à un spécialiste pour étudier votre situation et proposer les solutions idéales. De plus, faire appel à un expert vous permettra d’être éligible à certaines aides financières pour vos travaux.

Comment préparer l’isolation des combles aménageables ?

Pour préparer l’isolation des combles aménageables, commencez tout d’abord par examiner la charpente. Si vous remarquez la présence de sciure, cela signifie que la charpente est victime d’attaque d’insectes xylophages tels que le capricorne, le lyctus ou la vrillette.

Vérifiez aussi si le bois a bleui, ou s’il présente des traces de contamination par des champignons tels que la mérule ou la pourriture bleue.

À l’aide d’un maillet, frappez sur les pièces de charpente. Si le bois sonne creux, il est presque certain qu’il est attaqué. Un traitement de fond s’impose alors.

Songez également à contacter votre mairie pour savoir si vous habitez dans une zone menacée par l’infestation de termites. Si tel est le cas, mieux vaut faire appel à un spécialiste.

Si votre bois est vermoulu, sondez-le à l’aide d’un couteau ou d’un tournevis pour évaluer l’ampleur des dégradations. Si les pièces sont vermoulues sur un tiers ou plus de leur section, elles perdent leur résistance mécanique et doivent être renforcées ou remplacées. Il est possible de renforcer les chevrons abîmés en les doublant par des pièces de même section.

À l’aide d’une hachette de charpentier ou d’une herminette, éliminez les parties atteintes jusqu’au bois sain. Les restes de vermoulure devront être éliminés à l’aide d’une brosse métallique. N’oubliez pas ensuite de balayer le sol et de placer les débris dans un seau pour les brûler afin de détruire les larves qu’ils peuvent contenir. Par précaution, terminez l’opération en passant l’aspirateur sur la charpente et le plancher.

La dernière étape de préparation du chantier est le traitement de la charpente. Si vous traitez votre charpente régulièrement, un simple traitement par imprégnation à la brosse ou par pulvérisation devrait être suffisant. Nous vous recommandons le pistolet pulvérisateur, plus rapide et plus efficace.

En revanche, si le bois de la charpente est attaqué, il est nécessaire d’effectuer un traitement par injection. Effectuez trois perçages d’un diamètre de 8 à 12 mm par mètre linéaire sur les deux tiers de l’épaisseur du bois. Injectez ensuite jusqu’au reflux. En attendant que le bois s’imbibe, faites tremper les chevilles destinées à boucher les trous dans un récipient rempli de produit. Une fois que les bois sont gorgés, vous pouvez enfoncer les chevilles au maillet. Complétez par un traitement de surface, et laissez sécher pendant quelques jours pour que les vapeurs se dissipent totalement.

Nous vous recommandons de protéger le bois pas un lasurage en deux couches après le traitement. Pour ce faire, utilisez une lasure transparente acrylique qui laissera respirer le bois. Une fois ce traitement terminé, vous pouvez procéder à l’isolation.

Quelles sont les différentes étapes de l’isolation des combles aménageables ?

Si vous ne souhaitez pas faire appel à un artisan pour l’isolation de vos combles aménageables, vous pouvez procéder par vous même. Les différentes étapes à suivre sont détaillées ci-dessous.

Toutefois, il est important de prendre plusieurs mesures de précaution. Rappelons que la pose d’isolants peut s’avérer très irritante en fonction des matériaux choisis. Nous vous recommandons donc de porter des vêtements longs, ainsi qu’une tunique et des lunettes de protection et un masque.

Fixation des suspentes

Pour isoler vos combles aménageables, vous devrez tout d’abord procéder à la fixation des suspentes. On dénombre différents types de suspentes. Vous pouvez opter pour des suspentes métalliques, ou en composite armé haute performance. Si vous optez pour des suspentes métalliques, attention à ne pas vous couper. Protégez aussi votre crâne à l’aide d’une casquette anti-heurt.

Vous devez aussi choisir la longueur de la suspente en fonction de l’épaisseur isolante et du mode de couche. Si vous optez pour une pose en deux couches (bicouche), il est possible de remplacer les suspentes par des pattes de fixation en double équerre inversée. Celles-ci serviront à maintenir la deuxième couche d’isolant.

Précisons que l’on utilise principalement les suspentes avec les laines minérales ou naturelles et les isolants minces multiréflecteurs. Si vous optez pour des panneaux de polystyrène ou de polyuréthane, la pose s’effectue par clouage direct ou à l’aide de clips à fixer sur l’avant des chevrons.

Les suspentes doivent être fixées directement sur les chevrons des combles, et permettront de fixer la première couche d’isolant entre chevrons, la deuxième épaisseur, la membrane d’étanchéité et enfin la fourrure et les parements.

Il est important que la longueur des suspentes soit adaptée à l’épaisseur de tous les matériaux combinés. Si vos combles sont aménagés et pourvus de chevrons bien espacés, il est recommandé de fixer les suspentes aux extrémités de la pièce en premier lieu, puis de fixer les suspentes intermédiaires. Les suspentes doivent être séparées par un écart de 40 et 60 centimètres dans le sens vertical, et 1,20 mètre dans le sens horizontal.

Pour bien répartir les suspentes, commencez par tracer les emplacements des suspentes haute et basse à une extrémité des rampants. Le dépassement doit être réglé de façon à ce que les dépassements soient alignés sur le même plan. Marquez soigneusement la position. Par la suite, présentez chaque suspente sur son repère. Fixez-la perpendiculairement à la longueur du chevron, en utilisant au moins deux vis. Effectuez la même opération à l’autre extrémité du rampant, puis reliez les suspentes à l’aide de cordeaux dans les deux sens (horizontal et vertical).

Posez à présent les suspentes intermédiaires en les alignant sur les cordeaux. Ceci vous évitera d’avoir à réaliser des traçages, et vous permettra donc de gagner du temps.

Installation de l’isolant et de la membrane d’étanchéité

Après avoir fixé les suspentes, vous pouvez poser le matériau isolant. Si l’écran de toiture est de type HPV (haute perméabilité à la vapeur), il est possible de poser le matériau isolant directement sur cet écran. Dans le cas contraire, il est nécessaire de laisser un espace de deux centimètres.

Deux options s’offrent à vous : vous pouvez choisir une solution monocouche, ou une solution bicouche. La solution monocouche permet de poser jusqu’à 20 centimètres de laine de roche et 30 centimètres de laine de verre en une seule opération. Cette solution convient aux combles vastes, car le volume habitable s’en trouvera réduit. Il est nécessaire d’être au moins deux pour procéder à l’opération.

La pose bicouche quant à elle est recommandée pour les espaces plus réduits. Il s’agit d’insérer une première couche entre chevrons, et une seconde couche en recouvrement. Cette deuxième couche est la seule qui empiètera sur le volume habitable. Il est possible d’effectuer cette opération seul ou à deux, en fonction des dimensions et du poids des panneaux / rouleaux.

Afin de procéder à la pose de la première couche, vous devez mesurer l’épaisseur requise. Celle-ci dépend de la profondeur des chevrons et de la lame d’air à ménager entre l’isolant et le matériau de couverture. Comptez au moins 4 centimètres de vide ventilé, afin d’éviter le pourrissement de la charpente et de préserver les orifices de ventilation déjà existants.

Vous pouvez utiliser des panneaux d’isolant semi-rigides. Ceux-ci facilitent la pose entre chevrons, puisqu’ils se calent d’eux-mêmes. Mesurez l’espacement des chevrons, et ajoutez 10 millimètres. Découpez l’isolant en fonction du résultat. Si le chevronnage est irrégulier, vous pouvez recouper les panneaux en triangle. L’insertion s’en trouvera facilitée. N’oubliez pas d’effectuer la découpe sur une plaque de bois, et pensez à porter des gants.

Commencez la pose en bas du rampant, et terminez au faîtage. Pour joindre complètement les panneaux triangulaires, faites-les coulisser l’un contre l’autre. Il est possible (si nécessaire) de parfaire l’ajustement en tapotant sur un martyr à l’aide d’un maillet pour faire descendre celui du dessus. S’il reste des espaces vides, comblez-les impérativement avec des chutes.

Pour poser la seconde couche d’isolant, vous pouvez utiliser des panneaux ou un rouleau. En revanche, il est indispensable de les poser jointivement afin d’éviter les ponts thermiques. La deuxième couche doit être plus épaisse que la première.

Posez cette seconde couche perpendiculairement à la première, en prenant soin d’orienter le pare-vapeur vers l’intérieur du comble. Le rôle du pare-vapeur est de protéger l’isolation contre l’humidité provenant de la maison.

Attention toutefois, si vous optez pour un isolant naturel comme la laine de chanvre ou de mouton, vous devez utiliser une membrane “ respirante “ (frein-vapeur) à la place du pare-vapeur. Ceci permettra d’assurer à la fois le transfert d’humidité et l’étanchéité à l’air.

Donnez ensuite un coup de cutter dans les suspentes, puis embrochez l’isolant. Faites attention à ne pas le déchirer. Vous pouvez utiliser les suspentes qui se terminent par une pointe en flèche pour maintenir l’isolant en position le temps d’installer les fourrures.

Après avoir complètement isolé le rampant, il ne vous reste qu’à recouvrir les jonctions à l’aide de ruban adhésif spécial. Vous pouvez aussi coller de l’adhésif autour des suspentes, ou à l’endroit d’éventuelles déchirures. Ceci permettra d’assurer la continuité du pare-vapeur.

Installation des fourrures et des parements

Les deux dernières étapes de de l’isolation des combles aménageables sont l’installation des fourrures et l’installation des parements. Les fourrures doivent être fixées sur les suspentes, avec un espace d’environ trente centimètres entre chaque.

Si vous optez pour une finition en plaques de plâtre, vous devrez placer des cavaliers sur les suspentes. Ces cavaliers serviront à emboîter les fourrures. En revanche, si vous choisissez le lambris vous pourrez le poser directement sur les fourrures. Même si vous choisissez des plaques de plâtre, vous pourrez renforcer le doublage en lambrissant par dessus.

Enfilez ensuite le cavalier en diagonale sur la suspente, et redressez-le d’un quart de tour. Rabattez ensuite les deux extrémités de la suspente en sens inverse, afin de le bloquer.

Mesurez la distance qui sépare les extrémités des rampants pour savoir la longueur de fourrure dont vous aurez besoin : 240, 300 ou 525 centimètres.

À présent, utilisez des éclisses pour abouter deux longueurs de fourrures. Pour ce faire, glissez les éclisses aux extrémités des tronçons à abouter, puis solidarisez l’ensemble avec une pince à sertir. Afin de rigidifier la liaison, utilisez deux sertissages de chaque côté. Clipsez ensuite les fourrures sur les cavaliers. Inclinez légèrement le profilé afin de le clipser d’abord en partie haute sur les cavaliers, puis rabattez-le d’un coup sec afin de terminer l’emboîte.

Installation des finitions

Pour terminer l’isolation, il ne vous reste plus qu’à positionner les plaques de plâtre. Commencez tout d’abord par mesurer la hauteur des surfaces à couvrir. Découpez les plaques en tenant compte de ces mesures. Pour ce faire, entaillez la plaque à l’aide en cutter ou vous guidant sur une règle ou un niveau. Placez-la en porte-faux au niveau de la coupe. Appuyez ensuite sur la chute afin de la casser. Tranchez le carton sur l’envers, afin de séparer les deux parties.

Utilisez des vis autoforeuses pour fixer les plaques de plâtre sur les fourrures. Placez ensuite les vis à au moins 15 mm des bords, et espacez-les d’une trentaine de centimètres environ. Afin de permettre le rebouchage par la suite, enfoncez légèrement les têtes des vis dans le plâtre en prenant soin de ne pas trop appuyer sur la visseuse pour ne pas traverser. Pour plus de sécurité, vous pouvez utiliser une visseuse avec contrôle de couple pour adapter la force de vissage.

Préparez ensuite un enduit à joints en vous basant sur les proportions d’eau et de poudre indiquées sur le sac. Vous pouvez aussi opter pour un enduit en pâte déjà prêt à l’emploi.

Une fois la pâte homogène, effectuez une première passe d’enduit en l’appliquant à la spatule dans le creux formé par les bords amincis. Par la suite, recouvrez chaque jonction d’une bande de calicot centrée et serrez la bande dans l’enduit. Pour éliminer l’excédent, utilisez la spatule de haut en bas en l’inclinant.

Une fois l’enduit bien sec, réalisez une seconde passe en utilisant un platoir ou une lame plus large. Débordez largement autour du calicot. Lissez minutieusement. Une fois le séchage complet, vous pouvez entamer le ponçage, puis la peinture ou la tapisserie.

Découvrez nos derniers articles

Isoler des combles aménageables avec vissage des suspentes

L’isolation des combles est la solution idéale pour économiser d’une façon significative sur la facture…

Lire la suite

Quelques informations pour mieux isoler les combles aménageables

Le comble, étant l’espace situé sous la toiture d’une maison, est aménageable quand le volume…

Lire la suite

Isoler vos combles aménageables

Aménager des combles est une astuce intelligente pour optimiser la surface habitable. Mais avant l’aménagement…

Lire la suite

Conseils pour aménager ses combles

Cette vidéo de quatre minutes extraite du site IDTVDECO , nous apporte des conseils simples…

Lire la suite

Isolation des combles aménagés : rénover sans perdre d’espace

Pendant la pose de la votre toiture, profitez de ce moment pour remplacer la couverture…

Lire la suite

Isolation des combles aménagés dans l’existant : faut-il prévoir un pare-vapeur?

Pour une famille de 4 personnes, la production journalière en vapeur d’eau est de 12…

Lire la suite

Isolation des combles aménagés dans l’existant : avec ou sans écran de toiture

Afin d’éviter d’éventuels accidents, il est toujours important de constater l’état des matériels déjà installés…

Lire la suite
Back To Top