skip to Main Content

Les points essentiels sur l’isolation des combles

Les Points Essentiels Sur L’isolation Des Combles

    Comme essentiel à savoir sur les travaux d’isolation des combles, ils sont entre autres réglementés par la loi et des aides sont octroyées en contrepartie. L’isolation des parois d’une maison ne sont pas à négliger si on veut vivre dans un intérieur confortable en été comme hiver. Si on ne raisonne que pour soi-même et pour sa famille, elle permet d’améliorer le budget du ménage  par l’économie qu’on peut faire sur la facture d’énergie. Cela est d’autant plus vrai quand il s’agit des combles. Par le biais de la toiture, les combles peuvent entraîner une perte d’énergie pouvant dépasser les 30 % de celle générée à l’intérieur de la maison. C’est pour cette raison que c’est cette partie de la maison qui doit faire en priorité l’objet d’une amélioration énergétique en cas de besoin. Quels sont les avantages escomptés avec des combles bien isolés?

    Essentiel sur les réglementations, les principales aides disponibles, les avantages escomptés en isolation des combles

    Les réglementations régissant les combles  

    Les combles perdus et les combles aménageables

    Les combles sont aménageables pour devenir un espace de vie quand la hauteur sous plafond est au minimum égale à 1,80 m, la pente de toit est supérieure à 30° et l’espace n’est pas encombré par les éléments de la charpente pour permettre une circulation aisée.

    Dans le cas contraire, il s’agit de combles perdus ou non habitables, qu’on ne peut transformer en espace de vie qu’à l’issue de grands travaux comme un rehaussement de la pente de la toiture.

    Les réglementations régissant les travaux d’isolation de combles 

    En construction neuve, les maisons doivent être des Bâtiments Basse Consommation et depuis le 1er janvier 2013, c’est une des conditions exigées dans la demande de permis de construire.

    En ce qui concerne  les combles, les parois opaques doivent avoir une résistance thermique minimale R= 8 m2 K/W.

    Pour les bâtiments existants, les résistances minimales, R=4m2K/W pour les combles aménagés et R=4,5m2K/W pour les combles perdus, sont requises.

    En termes d’utilisation d’isolant en laine minérale, dans le document de référence qui est le CPT n°3560 du CSTB, il est stipulé que ce sont les isolants rigides et semi- rigides de λ inférieure ou égale à 0,036 W/m.K  qui sont conseillés pour l’isolation sous rampants des combles aménagés et l’isolant souple de λ inférieure ou égale à 0,04 W/m.K est réservé au plancher des combles perdus.

    Dans le neuf, il y a obligation de mise en place de sous toiture HPV.

    En neuf et en rénovation, il faut un système de ventilation permanent ainsi qu’une membrane continue et indépendante d’étanchéité à l’air.

    Les aides mises en place relatives à l’isolation des combles en rénovation

    Ces aides sont accessibles sous respect de 3 conditions, à savoir, une résidence principale, une résistance minimale R= 6 m2K/W en combles aménagés et R= 7 m2K/W en combles perdus, le recours à un professionnel RGE pour fournitures et pose.

    Ce sont principalement le crédit d’impôt de 30 %, la TVA réduite à 5,5 % et l’Eco PTZ.

    Les avantages escomptés par des combles bien isolés 

    Les avantages offerts sont nombreux, entre autres:

    • La création d’un espace de vie supplémentaire (comble aménagé).
    • Un intérieur confortable et à l’abri des bruits (pluies, grêles, etc.).
    • La limitation d’émission de gaz à effet de serre pour la survie de la planète.
    • Une économie à hauteur de 30 % en facture d’énergie.
    • La protection de la structure assurée.
    • Une qualité avérée de l’air intérieur.
    • Une plus-value pour le patrimoine.

    Les techniques d’isolation et  les isolants disponibles

    Les techniques d’isolation

    Combles perdus

    Pour les combles perdus, le plancher seul est à isoler dans la mesure où avoir de l’air chauffé à l’intérieur du comble est inutile.

    Si le comble est inaccessible, on procède par soufflage mécanique de flocons de laine.

    S’il est accessible par une trappe d’accès et qu’il est possible d’y circuler, on opère par épandage manuel de d’isolant en vrac ou par la mise en place d’une laine souple à dérouler, entre les solives.

    Cas des combles aménagés

    Les technique dépendent du type de charpente (traditionnelle ou fermettes) et diffèrent un peu en neuf ou en rénovation.

    Dans tous les cas, le plancher et les rampants sont nécessairement à isoler.

    Pour le plancher, la méthode est quasi-identique à la précédente.

    Pour les rampants, selon la hauteur du chevron et l’épaisseur de l’isolant, on utilise des panneaux rigides ou semi-rigides. On les place entre les chevrons en simple couche ou entre les chevrons et sous les chevrons, en double couche.

    En rénovation, on remplace généralement le sous toiture HPV par une lame d’air  de 2 cm (entre la première couche et les liteaux).

    Dans tous les cas, un pare-vapeur est à poser du côté chauffé.

    Essentiel sur l’isolation des combles : les isolants

    Le choix est vaste. En dehors des laines minérales (de roche ou de verre) qui sont les plus plébiscités. 75 % des ménages Français les adoptent, on peut opter entre la :

    • Laine végétale comme la laine de chanvre, de lin ou de coton.
    • Laine animale comme la laine de mouton, les plumes de canard.
    • Fibre de bois.
    • Liège.
    • Perlite.
    • Verre cellulaire.
    • Isolant synthétique comme le polystyrène expansé ou extrudé, le polyuréthane.
    • Etc.

    Le choix doit également se porter sur la qualité acoustique et la certification dont l’isolant bénéficie (Acermi, marquage CE).