skip to Main Content

L’isolation thermique des combles en double couche

L’isolation Thermique Des Combles En Double Couche

    L’isolation des combles en double couche est la meilleure façon de renforcer l’isolation de ceux-ci. C’est aussi une des meilleures solutions d’économie dans un projet de construction, en rénovation ou bien neuve. A ce titre, il existe bon nombre de méthodes d’isolation, combinant techniques, matériaux, etc. pour donner des solutions d’isolation adaptées à chaque situation. Les paramètres à considérer sont nombreux, pour que l’isolation des combles soit performante. La résistance thermique constitue l’un des principaux garants de l’efficacité de l’isolation. Dans cette optique, l’isolation double couche est une des solutions envisageables.

    Isolation en charpente traditionnelle

    Avec une charpente traditionnelle, l’isolation des combles requiert des performances minimales pour être efficace :

    • Une isolation installée entre chevrons,
    • Une épaisseur de 6 à 8 cm,
    • Une résistance thermique minimale de 1,65 m2.K.W

    Cependant, ces paramètres peuvent être optimisés par une isolation en double couche pour être plus performants. Cette deuxième couche sera placée entre les pannes.

    Etant donné que l’isolant sera posé entre les chevrons, impliquant une faible disponibilité d’épaisseur, il est primordial que sa résistance thermique soit élevée. En effet, il n’y aura alors que 6 à 8 cm d’épaisseur pour poser l’isolant. Sa conductivité thermique ou coefficient lambda ne doit pas dépasser 0.036W/(m.K). Nous rappelons que moins élevé est le lambda meilleur c’est. Et c’est valable pour tout type de matériau isolant. Par contre, sa résistance thermique R sera au moins de 1.65m2.K/W conformément au CPT 3560. S’il n’y a pas encore d’écran de sous toiture à haute perméabilité à la vapeur d’eau ou HPV, il vaut mieux que l’épaisseur de l’isolant permette d’en installer un. Pour ce faire, ménagez  une lame d’air d’environ 2 cm en sous face des liteaux qui supportent la couverture.

    Avec une seule couche d’isolant, on parvient difficilement à avoir une continuité thermique sur les rampants de la toiture. Notamment si l’on procède à l’isolation entre chevrons. C’est pourquoi il faut deux couches d’isolant.  Non seulement cela offre une continuité d’isolation, mais cela permet également d’atteindre les niveaux de résistance requis par les réglementations en vigueur. Ainsi, il faut associer la première couche d’isolant nu qui a été disposée entre les chevrons avec la seconde couche entre les pannes. Si vous le souhaitez, vous pouvez ensuite utiliser un revêtement kraft à orienter vers le côté intérieur tout en prenant connaissance qu’il ne remplace pas un pare-vapeur. Une installation correcte de l’isolation doit se conformer aux prescriptions définies par le DTA ou document technique d’application qui varie d’un fabricant à l’autre. C’est pourquoi, il faut confier les travaux à un professionnel certifié RGE.

    Isolation en charpente à fermette

    Avec ce type de charpente, l’isolation peut s’effectuer sur les fermettes ou entre les fermettes. Elle peut également être en simple ou double couche. Il va de soi que l’isolation en double couche présente toujours une résistance thermique plus élevée.

    Inutile de retirer les liteaux ni l’écran sous toiture  pour effectuer une isolation des combles entre les fermettes. Sauf si l’écran sous toiture est à haute perméabilité à la vapeur ou HPV. La première couche d’isolant entre les fermettes doit en effet être nue tandis que la seconde peut admettre un revêtement kraft qui sera toujours installé du côté chauffé. Il arrive que des ponts thermiques se produisent à cause des bois de charpente. C’est cette seconde épaisseur d’isolant sous fermettes qui va limiter leur apparition. Comme pour le cas précédent, il ne faut pas que le lambda de l’isolant dépasse 0.036W/(m.K). Vous pouvez terminer le chantier en beauté en intégrant une membrane pare-vapeur indépendante et posée de façon continue. Cette membrane fera à la fois office de pare-vapeur et de membrane d’étanchéité.

    Le budget disponible orientera donc le choix. La couche d’isolant est installée entre les liteaux. La deuxième couche peut se constituer en pare-vapeur.

    Isolation des combles perdus

    Bien que la technique de laine à souffler soit la solution souvent proposée par les professionnels pour l’isolation des combles perdus, il est également possible d’opter pour d’autres types d’isolation comme les panneaux ou les rouleaux. Pour une meilleure performance, les isolants peuvent-être installés en double couche. Les isolants sont installés sur le plancher, qui doit être bien plat.

    Les isolants en rouleaux actuels ont une forte épaisseur permettant en monocouche d’atteindre une résistance thermique R=10m2.K/W.K. Ils sont à dérouler sur un plancher en bois ou béton. A souligner qu’il ne doit y avoir d’espace ou de lame d’air entre le plancher et le matériau isolant. Juxtaposez les lés bord à bord en remontant vers la panne sablière tout en veillant à ne pas bloquer les entrées d’air sur les rives basses de la toiture destinées à la ventilation de la couverture.

    S’agissant d’un plafond suspendu, vous pouvez procéder à son isolation grâce à deux techniques : la laine à dérouler ou la laine à souffler.

    • La laine à dérouler : installez le premier lit de laine sous les solives de façon continue et à une épaisseur équivalente à celles-ci. Le second lit d’isolant sera déroulé par en-dessus et perpendiculairement. Ne commettez pas l’erreur de le poser à cheval sur les solives en laissant vide les espaces entre les solives.
    • La laine à souffler : en amont du soufflage, fixez des piges ou petites réglettes pour mesurer la résistance atteinte par l’isolant soufflé. Placez également des sortes d’étiquettes pour repérer les boîtiers électriques dans les combles. Il s’agit ensuite de souffler la laine sous les solives où est suspendu à quelques centimètres le plafond. La laine sera soufflée également dans les espaces entre solives, ensuite au-dessus des solives jusqu’à ce que la résistance thermique visée soit atteinte. Ce cas est valable pour la construction.

    En rénovation, effectuez le soufflage en remplissant les caissons formés par le plafond et les solives.

    3 truc devis

    * champs obligatoires

    barre fin