fbpx skip to Main Content

Isolation des combles : partie intégrante de l’isolation de la maison

Isolation Des Combles : Partie Intégrante De L’isolation De La Maison

: trouvez des

Demandez des devis aux de votre région pour .

L’isolation des combles d’une maison est un acte incontournable, voire une obligation vis-à-vis de la loi (exigences de la RT 2012). Il l’est aussi vis-à-vis de soi-même et de sa famille (intérieur confortable et sain, réduction de dépense en facture énergétique) et même vis-à-vis de l’humanité. La survie de la planète pour les générations à venir en dépend. En effet, le parc immobilier constitue le deuxième émetteur de gaz à effet de serre, cause de changement climatique et du réchauffement de la planète.

La solution permettant de garder au moins la situation en l’état où elle se trouve consiste à procéder à l’isolation des parois de la maison par où il peut y avoir de fuites de chaleur, notamment la toiture (combles), les murs extérieurs, les planchers,  les ouvertures. Ce qui permet de réduire l’utilisation d’appareils de chauffage et de climatisation, alimentés avec de l’énergie fossile. Quoi qu’il en soit, en rénovation, objet de l’article, il est important de savoir prioriser les travaux à faire et savoir par où commencer, en l’occurrence à partir des résultats du diagnostic thermique.

Isolation de la toiture et des combles 

Les fuites ayant la toiture pour issue s’évaluent à presque le 1/3 des chaleurs produites à l’intérieur. Ce qui explique  à quel point son isolation est essentielle. Il est à noter que l’isolation de la toiture s’associe en grande partie à celle des combles avec qui elle est le plus souvent solidaire.

Isolation des combles 

L’isolation des combles se fait par l’intérieur et concerne seulement le plancher si les combles sont perdus ou non habitables. Pour les combles aménagés, il faut en plus l’isolation des rampants. Plusieurs techniques sont utilisées.


Une des plus courantes est le soufflage mécanique des flocons de laines de roche, de verre, de mouton, etc.,  et d’ouate de cellulose s’il s’agit de combles perdus, difficilement accessibles.

Au cas où le comble perdu permet de circuler, on isole le plancher par épandage manuel, en utilisant les mêmes isolants que pour le soufflage et en répartissant les flocons entre les solives avec un râteau.

On peut également remplacer les flocons par la laine à dérouler (minérale ou végétale) qu’on fixe entre les solives.

Pour les combles aménagés, l’isolation sous rampants se réalise selon l’épaisseur permise par la hauteur sous plafond ou la performance voulue. On visse ou on agrafe alors aux rampants (entre ou sous chevrons)  une ou deux couches d’isolants en panneaux de laine minérale ou de polystyrène (expansé ou extrudé). Les 2 couches sont posées l’une perpendiculairement à l’autre. On peut également opter pour de la laine à dérouler et l’installer de la même façon.

Isolation de la toiture

L’isolation de la toiture peut se faire par l’intérieur ou en sous toiture, par l’extérieur ou en sur-toiture.

L’isolation de la toiture par l’intérieur revient à une isolation des rampants d’un comble aménageables. C’est la méthode la plus simple et la moins chère sauf qu’elle peut réduire l’espace habitable et oblige les occupants à quitter les lieux pendant les travaux. L’opération ainsi que les matériaux isolant utilisées sont les même que pour l’isolation aux rampants de la charpente.

Quant à l’isolation par l’extérieur, la méthode la plus utilisée actuellement est le sarking. C’est une méthode coûteuse et qui requiert l’expertise d’un professionnel qui est de plus le seul à maîtriser les mesures de sécurité exigées par un travail en hauteur. Par contre, elle ne gêne pas les occupants, ne réduit pas l’espace de vie et permet une élimination quasi-totale des ponts thermiques. En effet, le sarking, adapté plutôt aux charpentes traditionnelles, consiste à fixer sur les chevrons, un volige plein sur lequel se trouve en continu de l’isolant rigide en simple ou double couches.

Comme isolant, il peut s’agir de polystyrène extrudé, de fibre de bois ou encore de l’aine minérale.

L’utilisation de caissons chevronnés en mousse de polyuréthanne ou de polystyrène (extrudé ou expansé) est une autre alternative au sarking. Il faut préciser que ces deux méthodes sont principalement adoptées par besoin d’esthétique, pour laisser apparentes les poutres.

Isolation des murs extérieurs

En étant susceptible de laisser passer jusqu’à 25 % de la chaleur produite à l’intérieur, les murs extérieurs doivent être absolument isolés.

On peut alors opter pour deux techniques, se distinguant par le  coût, leur performance, mais aussi par d’autres contraintes. Ce sont l’isolation par l’extérieur et par l’intérieur.

Isolation par l’extérieur (ITE)

Le principe consiste à installer une enveloppe isolante ne permettant aucune discontinuité autour du bâti, afin d’éliminer tous les ponts thermiques, notamment aux jonctions de deux parois ou deux éléments.

Pour cela, on peut choisir entre plusieurs techniques, suivant les contraintes imposées par l’architecture ou les matériaux de fabrication des murs. A ce propos, il y a entre autres :

  • Les panneaux enduits isolants, à coller ou à visser sur les murs.
  • Les bardages ou bardages sous ossatures (deux couches) venant en protection des panneaux isolants.
  • Les vêtures, sortes de parements à installer contre les murs et qui incorporent déjà en elles de l’isolant.

Il faut rappeler que pour un résultat réussi, ce sont des techniques  à confier à des professionnels. De plus, l’isolation par l’extérieur change l’aspect de la façade. Ainsi, des démarches administratives, tout au moins une déclaration préalable des travaux, sont donc requises.

L’isolation par l’intérieur (ITI)

Elle s’avère être plus  facile à réaliser et les bons bricoleurs y ont même accès. Les isolants utilisés sont en général identiques à ceux utilisés pour les combles aménageables. Autrement dit, ce sont ceux en panneaux rigides ou en rouleaux semi-rigides, conçus à partir de laines minérales (roche ou verre), de lin, de textiles recyclés, de l’ouate de cellulose, du polystyrène extrudé ou expansé, du polyuréthane, etc.

Trois techniques sont pour le moment les plus usés. Ce sont entre autres :

  • L’isolation sous ossature métallique. Il s’agit de maintenir les rouleaux d’isolant fixés au mur par des montants métalliques, pour finir par tout recouvrir par le parement choisi.
  • L’isolation par doublage collé exigeant un mur à la planéité parfaite, consiste à fixer aux murs à l’aide d’un mortier adhésif, l’isolant déjà collé sur une feuille de plâtre.
  • L’isolation par lame d’air qui est la moins utilisée, car elle convient seulement aux murs poreux et n’assure pas l’élimination des ponts thermiques dans sa totalité. Avec cette méthode, murs et isolants sont séparés par un vide d’environ 2 cm par l’installation de tasseaux en bois.

Dans tous les cas, les passages des gaines et réseaux sont à étudier à l’avance.

En général, des systèmes prévenant toutes les contraintes, donc plus faciles à utiliser, son proposés  sur le marché par les distributeurs de marque (Isover par exemple).

Par ailleurs, il existe des isolants « nouvelles générations » (aérogel, peinture spéciale), plus performants, plus minces, plus faciles à mettre en œuvre, mais qui ne sont pas encore à la portée de toutes les bourses.

Isolation des planchers et des ouvertures

Les planchers peuvent occasionner une déperdition de chaleur égale environ à 10 %, tandis que les ouvertures (vitrages) à 15 % environ. Ceci pour dire que si on veut une isolation optimale, dans toutes les pièces de la maison, il faut penser à leur isolation.

Isolation du plancher bas

Le plancher bas d’une maison peut être sur terre-plein, sur vide sanitaire ou sur sol non chauffé. Son isolation peut se faire de deux façons :

  • L’isolation par le bas

Elle est réalisable sous deux conditions : le plancher bas se trouve sur vide sanitaire, sur terre-plein ou sur local non chauffé et ces derniers sont accessibles. L’isolation consiste alors à installer l’isolant sur la face inférieur du plancher. On fixe les isolants en panneaux par des chevilles sur le plancher si la surface est régulière. Dans le cas contraire, on opte pour des isolants souples ou ceux en vrac à projeter.

  • L’isolation par le haut

Elle est à envisager dans les cas du vide sanitaire, de terre-plein, inaccessibles. L’opération nécessite la destruction du revêtement existant, s’accompagnant nécessairement d’une rehausse du seuil des portes. On place alors l’isolant sous forme de panneaux rigide, on coule une chape dessus pour finir par la pose d’un nouveau revêtement. C’est donc un travail lourd, contraignant et coûteux avec lequel on n’a pas droit à l’erreur.

Isolation des ouvertures

L’isolation des ouvertures s’applique aux niveaux du matériau de structure (menuiseries) et des vitrages.

Hormis le bas de gamme, les matériaux de structure des portes et fenêtres dont le bois, le PVC, l’aluminium, le composite ou le matériau mixte, sont actuellement tous performants. Toutefois, le bois ou mieux encore le bois/alu, conviennent aux conditions extrêmes (région de grand froid).

Quant aux vitrages, ils sont à choisir selon les conditions climatiques de la région où se trouve la maison. D’abord, le simple vitrage est à bannir. En ce qui concerne le double vitrage, on peut opter entre plusieurs types selon les contraintes en présence. Ce sont, entre autres, le double vitrage standard, le double vitrage émissif, le double vitrage faiblement émissif mais renforcé à lame d’argon, le double vitrage chauffant.

En tout cas, si on n’a pas la possibilité de s’en procurer, on peut toujours améliorer l’isolation de l’existant par des joints de portes et fenêtres (modèles universels de préférence).

On peut aussi appliquer aux contours des portes et fenêtre des mousses expansives.

Enfin, les films isolants thermiques (anti-froid, anti-chaleur, anti-UV) à appliquer sur le vitrage, sont des alternatives économiques et faciles à utiliser.

Autres éléments à considérer pour l’isolation des combles d’une maison

Étant mal localisées, on a souvent tendance à négliger les fuites d’air et le renouvellement d’air occasionnant le 1/5 des pertes de chaleurs. Leurs sources sont nombreuses, entre autres la cheminée, les serrures, les gaines électriques, les hottes, les huisseries, etc.

Pour leur détection et leur calfeutrage, mieux vaut faire appel au savoir-faire des professionnels.

Enfin, il y a les ponts thermiques, reconnus pour permettre une perte de chaleur d’environ 5 %. Ce sont des zones où il y a une discontinuité de deux parois ou de deux isolants. Parfois, on ne les détecte que quand ils engendrent des dommages se traduisant par des traces noires ou des moisissures aux murs. Il n’y a pas de technique spécifique pour les traiter, mais une bonne isolation au départ, comme on vient de décrire pour toutes les parois permet de les réduire voire les éliminer.

Devis

Jusqu'A  3 devis en 5 minutes.
Cliquez ici