fbpx skip to Main Content

L’isolation des murs extérieurs

L’isolation Des Murs Extérieurs

: trouvez des

Demandez des devis aux de votre région pour .

Après les combles, l’isolation des autres parois dont les murs extérieurs de la maison est nécessaire pour ne pas réduire à néant les travaux déjà effectués.

En effet, les pertes de chaleur pouvant se passer au niveau des murs ne sont pas négligeables, sachant qu’elles peuvent représenter plus de 20%  des pertes sur les chaleurs engendrées à l’intérieur de la maison. A cela peut s’ajouter la sensation de parois froides qui s’avèrent être inconfortables surtout en hiver.

L’isolation des murs en rénovation se fait soit par l’intérieur, soit par l’extérieur alors qu’en construction neuve, on peut opter pour l’isolation répartie ou intégrée. A ce propos, les matériaux utilisés pour réaliser les murs porteurs sont déjà thermiquement performants qu’on n’a plus besoin de procéder à des travaux d’isolation supplémentaires.

Isolation des murs extérieurs par l’intérieur (ITI)

Conditions de faisabilité

En rénovation, l’isolation des murs par l’intérieur est à privilégier :


  • Lorsqu’on rénove son intérieur, elle devient alors un acte incontournable.
  • Quand on veut se soustraire aux obligations administratives exigées par le changement extérieur de la façade.
  • Si on veut conserver le cachet détenu par la façade d’une maison ancienne.
  • Quand la maison est encore inoccupée.
  • Et si l’architecture de la façade rend l’isolation par l’extérieur difficile (surface vitrée importante, présence de balcon, etc.).

Atouts, faiblesses et contraintes présentées par l’isolation par l’intérieur

Hormis l’amélioration de la performance de l’isolation, l’ITI présente des avantages significatifs, à ne citer que la facilité de la mise en œuvre réduisant le budget à disposer, la possibilité d’amélioration en même temps le décor intérieur et le non recours à des procédures administratives pour la réalisation.

Par contre, elle diminue, même légèrement, l’espace habitable et oblige aux occupants de quitter les lieux pendant les travaux. Avec elle, la suppression des ponts thermiques n’est pas sûre à 100 %. En outre, elle peut engendrer des coûts connexes pouvant être non négligeables (remise en état de la décoration intérieure, remise en place ou déplacement des fils électriques et interrupteurs, retouche possible des embrasures des portes et fenêtres, etc.).

Il ne faut pas oublier la mise en place d’une bonne ventilation (VMC) lors des travaux de l’isolation par l’intérieur.

Techniques utilisées pour l’isolation par l’intérieur des murs

Deux techniques sont les plus souvent adoptées en ITI des murs.

Il y a d’abord l’isolation sous ossature métallique. Par cette méthode, le rouleau d’isolant fixé au préalable sur la totalité du mur sera maintenu par des montants en métal.

Ensuite, il y a l’isolation par doublage collé. Cette méthode est faisable sur un mur parfaitement plan, ce qui n’est pas souvent le cas en rénovation. Elle consiste à fixer par collage le panneau d’isolant sur une plaque en plâtre et ensuite à appliquer le tout au mur à l’aide d’un mortier adhésif

Isolants courants pour l’isolation par l’intérieur des murs

Ceux à privilégier sont les isolants en panneaux ou en rouleaux certifiés. Parmi eux, les plus utilisés sont les laines minérales (de roche ou de verre), par leur rapport qualité/prix excellent. Il y a aussi, la laine de lin, de mouton, de fibres de bois, l’ouate de cellulose, le polystyrène extrudé ou expansé, le polyuréthane, la perlite exfoliée, la vermiculite, etc.

Isolation de murs par l’extérieur (ITE)

Avantages et contraintes offerts par une isolation des murs par l’extérieur

En rénovation, l’isolation thermique par l’extérieur des murs extérieurs présente certains avantages.

Elle représente une belle occasion à saisir en cas de ravalement de façade, car elle devient alors plus facile à réaliser et revient moins chère. Dans certains cas, elle est même obligatoire si les travaux de ravalement concernent plus de 50 % de la surface totale des façades (hors ouvertures). Elle s’accompagne d’un résultat plus performant en termes d’isolation thermique et phonique, comparée à l’ITI. Elle permet effectivement la suppression presque totale des ponts thermique. En prime, elle ne réduit pas la surface habitable, n’oblige pas à refaire la décoration intérieure et ne demande pas aux occupants de vaquer les lieux.

En revanche, en changeant l’aspect extérieur du bâtiment et l’augmentation de l’occupation au sol, elle requiert des démarches administratives (déclaration de travaux). Le choix de matériaux peut être limité ou imposé par le PLU de la commune ou de l’architecte des Bâtiments de France.

Elle revient beaucoup plus chère par rapport à l’ITI. Ce coût peut s’accroître par la complexité des travaux dus à l’architecture (présence de balcon par exemple), mais aussi par les travaux qui s’en accompagnent (obligation de rallonger la toiture et la couverture, de changer les gouttières, de modifier certains éléments des ouvertures).

Techniques utilisées pour l’isolation par l’intérieur des murs

Deux techniques se démarquent en  ITE, à savoir l’isolation sous enduit et l’isolation sous bardage

  • Isolation sous enduit désignée également par filière humide

L’isolant est d’abord fixé au support (mur) suivant trois méthodes.

Il y a la pose collée nécessitant un mur lisse, sans trace de l’ancien revêtement et est compatibles à certains types d’isolants seulement.

Il existe également la pose calée chevillée, la plus courante car convient à tous les murs (lisse ou irrégulier) et à tout type d’isolant.

Enfin, on rencontre aussi la pose par fixation mécanique, sur rails (le plus souvent en PVC), mais un seul isolant lui est compatible (le polystyrène expansé). L’isolant ainsi mis en place sera recouvert d’un enduit de base armé de treillis souvent en verre avant de recevoir l’enduit de finition.

  • Isolation sous bardage

Plus complexe que la technique précédente, donc plus onéreuse aussi, l’isolation sous bardage ou filière sèche, est devenue très courante grâce aux avantages qu’elle offre.

Consistant à mettre autour du bâti une enveloppe isolante, cette technique augmente considérablement la performance de l’isolation tout en rehaussant l’aspect esthétique de la façade. En effet, le fait d’installer l’isolant de façon continue permet de supprimer les ponts thermiques dans sa totalité.

Le vaste choix sur le type de bardage disponible (bois, PVC, pierres, métaux, etc.) prévu recouvrir l’isolant en tant que revêtement rend possible toute esthétique souhaitée.

Isolants disponibles pour l’isolation par l’intérieur des murs extérieurs

Les isolants utilisés en ITE sous enduit conviennent également à l’ITE sous bardage, à savoir la laine de roche et  les fibres de bois en panneaux, le polystyrène expansé blanc et gris, la mousse résolique ou phénolique (mousse très rigide et très performante), etc.

Le PSE blanc convient à la pose par fixation métallique et la laine de roche ne s’adapte pas pour la pose collée.

On ne doit pas oublier de faire appel au service de professionnel si on veut des résultats réussis et durables, mais aussi de se renseigner sur les aides disponibles pour réduire les dépenses.

Devis

Jusqu'A  3 devis en 5 minutes.
Cliquez ici