skip to Main Content

Préserver l’environnement grâce à l’isolation thermique de la toiture

Préserver L’environnement Grâce à L’isolation Thermique De La Toiture

Par l’isolation de sa maison et particulièrement de sa toiture, un individu contribue à réduire l’utilisation des énergies non renouvelables comme le gaz, le fioul ou l’électricité, alimentant le chauffage et la climatisation. cela permet de limiter l’émission de gaz à effet de serre, première cause du réchauffement de la planète, tout en améliorant ses finances et son confort. Si de plus, il se sert de matériaux écologiques pour l’isolation, sa démarche deviendrait plus responsable envers lui-même et l’humanité tout entière. L’Etat en est conscient et prouve sa volonté politique par des actions incitatives entreprises en ce sens.

Les impacts de l’isolation thermique sur l’environnement

Le CO2 est le principal gaz à effet de serre. Il a pour effet de détruire la couche d’ozone qui protège notre planète d’une chaleur trop importante produite par le soleil.

Le CO2 pollue l’air, nuit à la santé des humains et a un impact néfaste sur toute la biodiversité.

Des études faites ont donné les résultats suivants :

  • Le chauffage et la climatisation représentent jusqu’à 60% des besoins en énergie d’un bâtiment.
  • En France, l’émission annuelle de CO2 dans l’air est de 498 tonnes.

Or, toujours d’après ces études :

  • En France, l’isolation thermique de tous les bâtiments permettrait d’économiser 100 millions de tonnes de CO2, les bâtiments étant le 2ème producteur de CO2 après les transports routiers.
  • L’isolation thermique permet de réduire les pollutions dues à la consommation d’énergie en fioul, gaz et électricité, jusqu’à 80%.

Ainsi, l’isolation thermique, y compris les combles de la maison, est le premier facteur d’économie d’énergie. Et par conséquent, la réponse la plus indiquée pour préserver l’environnement et lutter contre le réchauffement de la planète. De plus elle ne nécessite pas beaucoup d’entretien et dure dans le temps au même titre que le bâtiment.

Les bienfaits de l’isolant écologique sur l’environnement et la santé

Qui dit isolation, dit matériau isolant. L’isolant écologique utilisé en isolation thermique, joue un rôle important dans la préservation de l’environnement et la santé de l’individu. Les isolants écologiques améliorent la qualité de l’air à intérieur et à l’extérieur immédiat du bâtiment.

Dans cette optique, voici les qualités que possèdent deux des isolants écologiques :

  • La ouate de cellulose

C’est un isolant à la fois thermique et acoustique. Sa résistance thermique est incomparable : il lui faut une dizaine d’heures pour que la chaleur lui traverse. Elle élimine les ponts thermiques. Pour la protéger des insectes il suffit d’utiliser des produits non toxiques comme le sel de bore. Ni toxique, ni irritante, elle est bon marché, totalement recyclable et biodégradable car issue de papiers recyclés.

  • La laine de mouton

C’est un isolant léger, facile à poser et qui ne s’use pas. C’est un matériau parfaitement naturel et sans danger. Elle ne subit ni changement, ni traitement avant son utilisation en tant qu’isolant. Elle ne retient pas la vapeur d’eau et est à la fois isolant thermique et phonique. Parfaitement ininflammable, elle peut être utilisée en remplacement des laines minérales. C’est un isolant écologique par excellence.

L’importance de l’isolation de la toiture

Constamment en contact avec l’extérieur, le toit est un grand facteur déperditif susceptible de laisser pénétrer la chaleur, le froid, l’humidité à l’intérieur du logement. Notamment s’il n’est pas ou est mal isolé. C’est pour cette raison que l’isolation de la toiture a une importance capitale. En fait, en sollicitant moins d’énergie primaire avec une toiture bien isolée, nous contribuons à la préservation de l’environnement. Le confort des occupants est accrue sans nécessairement user du chauffage ou de la ventilation. Bref, les différentes variations de températures sont tout à fait maîtrisées.

Les critères à respecter pour le choix des matériaux destinés à la toiture

D’après les experts, il n’existe pas d’isolant écologique à 100%. Il y a cependant des isolants qui répondent à des critères écologiques. Vous pouvez comparer leur bilan environnemental pour savoir s’ils correspondent à vos attentes écologiques.

Aussi, si vous avez à cœur d’apporter votre pierre à l’édifice sur le plan environnemental, optez dans la mesure du possible pour des matériaux :

  •  issus de ressources naturelles ou renouvelables
  • ne présentant aucune toxicité
  •  ayant nécessité peu d’énergie pour leur fabrication
  • provenant de l’activité locale
  • recyclables et durables dans le temps

Si les éléments entrant dans la conception de l’isolant provient par exemple de matière synthétique, ce matériau est principalement fragile et inflammable. Un grand risque en cas d’incendie. De plus, sur le long terme, ce type d’isolant va dégager des effets toxiques dans la nature. Au lieu d’avoir un impact positif, il contribue plutôt à la destruction de l’environnement.

Ainsi, pour évaluer le QEB ( qualité environnementale des bâtiments), les spécialistes s’appuient sur les indicateurs d’impacts environnementaux et sanitaires des isolants. Ces indicateurs sont clairement mentionnés dans les fiches de déclarations environnementales et sanitaires des isolants (FDE&S). L’impact environnemental du matériau est en fait mesuré à partir des analyses de leur Cycle de vie ou ACV. L’évaluation se fait depuis l’extraction des matières premières jusqu’à la destruction du produit. Notons que le cycle de vie en question comprend la fabrication du produit, son transport jusqu’au chantier, la mise en oeuvre, la durée de vie et l’élimination du matériau.

Mais globalement, l’équivalent de l’énergie nécessaire à la fabrication de l’isolant doit être économisée dès sa première utilisation pour qu’on puisse considérer qu’elle a un bilan environnemental positif.

 

3 truc devis

* champs obligatoires

barre fin